Association des Parcs et Jardins de Bretagne

Archive for mars 2013|Monthly archive page

Rendez-vous aux Jardins 2013. Colloque du 13 février sur « Le jardins et les artistes »- Partie 2 Le théâtre d’eau de Versailles

In Expositions/ Colloques / Voyages, Gestion raisonnée des parcs et jardins on 11 mars 2013 at 707 00

Louis Benech a été chargé de restaurer un des bosquets de Versailles : le théâtre d’eau.  Il a exposé les moteurs qui ont initiés son travail sur une surface de 1,5 ha possédant un dénivelé de 6m.

– un usage contemporain : fréquentation importante car ce bosquet sera ouvert au public sans interruption ;  coin d’intimité dans l’immensité du parc

– un plan original de Chaufourier présentant les grandes lignes à respecter

– contraintes économiques : minimiser les travaux de taille; l’utilisation de végétaux résistants; pas d’arrosage automatique; pas de tonte

– la réversibilité. Il ne touche pas aux restes archéologiques et n’utilise pas de béton mais de l’acier corten.

Ce bosquet ne sera donc pas une reconstitution à l’identique (on peut d’ailleurs se poser la question de « l’identique » puisque le parc de Versailles a beaucoup évolué au fil des siècles), mais une réinterprétation avec la mise en scène de sculptures de Jean-Michel Othoniel sur les miroirs d’eau.

Pour plus de renseignements, le site du château de Versailles présente non seulement le projet mais également un dossier complet sur les fouilles archéologiques de ce bosquet.

Publicités

Rendez-vous aux Jardins 2013. Colloque du 13 février sur « Le jardins et les artistes »- Partie 1 Réflexion sur « le naturel »

In Bibliographie, Expositions/ Colloques / Voyages, Gestion raisonnée des parcs et jardins on 4 mars 2013 at 707 00

En préambule de son intervention Jean-Pierre Le Dantec a souligné la nécessité d’accompagner le renouveau actuel de la création jardinière d’un renouveau de la pensée.

Pour appuyer sa réflexion, il a notamment présenté les notions de physis et thesis. Rappelons que l’Antiquité a défini la physis comme étant la nature, ce qui est né et qui croit, donc comme une force vitale qui échappe à l’homme alors que la thesis désigne la prise humaine sur un monde dont l’homme fait lui-même partie. Ainsi, appliqués aux jardins, ces deux aspects permettent de justifier à la fois les jardins réguliers et les jardins « naturels ». Car pour certains la symétrie est une loi de la nature et permet donc de justifier les jardins réguliers, pour d’autres la prolifération « sauvage » de l’écosystème est seule naturelle mais cet écosystème n’a t-il pas été plus ou moins défini par l’homme et ses réalisations ? Finalement, l’art des jardins entremêlent physis et thesis comme dans les jardins verticaux ou nourriture, irrigation et sciences botaniques conduisant aux choix des végétaux, domaines relevant de la thesis se combinent avec la croissance et la vie du mur réalisé, étape du la physis.

Deux ouvrages de JP Le Dantec permettent d’approfondir le sujet : Poétique des jardins, Actes Sud 2011 et Le sauvage et le régulier, Art des jardins et paysagisme en France au XXème, Le Moniteur 2002. Le premier ouvrage est constitué d’une dizaine d’essais thématiques riches en citations et en pistes de réflexion (la clôture, la nature, le paysage, la science, les eaux…); le second se présente comme une histoire de l’art des jardins français au XXème, illustrée de documents d’époque et enrichie de nombreuses citations.

« Le jardin, c’est la plus petite parcelle du monde et puis c’est la totalité du monde. Le jardin, c’est, depuis le fond de l’Antiquité, une sorte d’hétérotopie heureuse et universalisante. » M. Foucault

« L’art se mêlant à la nature, on ne saurait discerner si elle est l’oeuvre de celui-ci ou de celle-là ; et même tantôt le jardin apparaît à autrui comme un artifice naturel, tantôt comme une nature artificielle. » C. Tolemei 1543

 » Confondre le jardinage avec l’art des jardins est une erreur. Réduire la promenade à la marche, une bévue d’égale importance ». L. Aragon

En préambule d’une promenade aux Buttes-Chaumont en compagnie de deux amis, Aragon écrivait  » Enfin nous allons détruire l’ennui, devant nous s’ouvrait une chasse miraculeuse, un terrain d’expériences où il n’était pas possible que nous n’eussions mille surprises et qui sait une grande révélation qui transformerait la vie et le destin. «